Vidéo(d)rama


programmation vidéo 1er appel vidéo

programmation vidéo

Vidéo(d)rama

VIDEODRAMA

programmation vidéo

Une soirée organisée par l’Ecole du Magasin et l’Ecole Supérieure d’Art de Grenoble

Mercredi 14 mai 2008– 20h

Auditorium du Magasin, Centre National d’Art Contemporain 155 cours Berriat 38000 Grenoble TRAM A direction Fontaine la Poya Arrêt Berriat – LE MAGASIN

Entrée libre

Venez découvrir une sélection de travaux vidéo des jeunes artistes de l’Ecole d’art de Grenoble, choisies par les participantes de l’Ecole du Magasin suite à un appel à participation . Une programmation critique, insolente ou décalée, qui vous invite à changer de regard.

PROGRAMMATION

25 TRANCHES DE CAKE PAR SECONDE
Hugo Exbrayat et Vincent Genco,
0’05’’, 2005
Une série de très courts-métrages ponctue cette programmation : une compilation de films d’animation mettant en exergue le lien tissé entre les images, l’importance du passage dans son infimité“ (Hugo Exbrayat)

SANS TITRE
Dehbia Lounis
4’39
Une petite fille raconte ses rêves et ses cauchemars, guidée par la voix de la réalisatrice qui réussit un portrait attachant et sans fioritures d’où émergent de vraies questions sociales.

COLOREE
Emilie Ibanez
10’50’’ 2007
Esquisser un portrait à travers la parole et les objets, une négociation permanente entre attentes et réalité. Penser un portrait comme un autoportrait en creux, construit à travers l’autre.

SANS TITRE (I BELIEVE I CAN FLY)
Camille Laurelli
1’16’’, 2006
Sans Titre, (I Believe I can fly) combine le jeu bricoleur d’un dispositif machinique à l’efficacité d’un geste simple, qui n’est pas sans rappeler les happening fluxus. Jeu d’équation, l’opération une fois mise en place ne tend qu’à se résoudre d’elle-même, bien que les éléments en présence ne laissent que peu de doutes quant à son issue.

HABITACLE
Hugo Exbrayat et Vincent Genco
0’26’’ 2005
Est-ce le corps qui travaille ou est-ce ce corps qui est travaillé ?

CREAMY KRIMI
Isabelle Prim
10’22, 2007
À Berlin, l’association des détails d’une image et des sons du quotidien forment le fil rouge d’une narration. Chaque séquence est une brève étape d’un flux de conscience où le temps perd sa continuité pour mettre en valeur le travail de montage et la re-écriture d’une réalité autre.

THE LAND OF MILK AND HONEY
Sophie Combes
4’05’’ 2008
À travers une séquence filmique produite à partir d’une seule photographie de barres d’immeuble, l’artiste détourne la critique sociale vers la fantasmagorie. Les effets spéciaux modifient le sens du discours et font basculer le réel dans la perte de logique.

SANS TITRES
Jean-Luc Dang

13’ 2006
Poétique de l’absence en voix-off par-dessus un montage de photos noir et blanc, pour dire les failles d’un quotidien en décalage qui croise clichés médiatiques, regard documentaire et histoires intimes.

LIBERA ME
Roman Scrittori
2’53’’ 2007
Réappropriation de sources vues et revues sur youtube, l’artiste n’est plus l’auteur de l’image mais de sa post-production. Une variante contemporaine du collage rendue possible par l’ère digitale. Cette vidéo a été présentée à l’Ecole d’Architecture de Grenoble sur une table de dessin d’architecture.

ANTHROPOMORPHIE
Hugo Exbrayat et Vincent Genco,
0’07’’
Un mesurage de l’espace public soulève la question du mécanisme qui s’inscrit dans le corps.

DEMOISELLES
Anne Lauroz
1’03”, 2008
Mouvements répétitifs et gestuelle hystérique, deux demoiselles rejouent en accéléré les clichés associés aux femmes jusqu’au burlesque.

TRANSFERT
Sandrine Gensbittel
3’31’’, 2008
Transfert fait partie d’une série de vidéos travesties. Ce gros plan donne une impression obsédante de l’expérience performative, qui consiste en décalages, reprises et discontinuités.

SANS TITRE
Camille Laurelli
0’37’’, 2008
Une jeune femme sur fond de paysage montagneux regarde l’objectif, telle une Joconde passée au filtre d’un usage de la caméra frontal et rapproché. Un son mécanique se fait entendre dans le hors champ. Va t-il venir troubler la quiétude de ce portrait en mouvement ?

LA VIE D’EMMY VON R
Alice Assouline
8’40’’ 2008
Vies et rêves d’Emmy Von R, patiente hystérique de Freud, s’incarnent dans le corps et la voix de l’artiste qui joue des distorsions de l’image et du son pour exorciser la peur de l’altérité : “Je l’invite à ne plus avoir peur des images d’indiens mais d’en rire” (Freud), tel est le titre de l’installation d’où est extraite cette vidéo.

VANITES
Hugo Exbrayat et Vincent Genco,
0’10’’
À table !

SEMIORKA (R-7 8K71PS)
Patrice Jamet
3’36’’ 2007
On ne voudrait pas voir la lune transformée en quelque chose de gris métal, dit-il. Et pourtant, la conquête de l’univers par les machines n’est peut-être plus de la science-fiction. La preuve.

SOLEIL VERT
Pierric Favret
1’20’’ 2006
Réflexion sur le pouvoir spectaculaire des images, qui convoque le cinéma d’effets spéciaux et la SF avec une vidéo retouchée d’un essai nucléaire américain des années 50 où des aplats baldessariens jouent autant le rôle d’écran que de révélateur.

CLIPEATA
Isabelle Prim
12’, 2008
Clipeata mélange les petites et les grandes histoires, les images du cinéma et de la télévision, l’esthétique des années ’80 et les clichés faciles pour créer des liens absurdes et inattendus entre les Marilyne Monroe, les Jackie Kennedy et les inconnues du petit écran.

WWOOOH
Fanette Muxart
Série de courtes animations, 2008
Presque un flash, un éclair séquencé, une série de formes aux allures de feux d’artifices se déposent tour à tour sur l’écran, avant de repartir du néant dont elles ont émergées. Reprenant les jeux d’étincelles et de lumières qui parcourent le travail de Fanette Muxart, cette série de vidéo viendra clore la soirée, dans un jeu de référence à point nommé.